■ ELLHËA, peintre, style impressonniste. Médaille d'Or Internationale des arts de PEKIN 2015.

Ellhëa - Médaille d'or d'art international de Pékin en chine 2015Styles et tendances dans l'art international chine 2015

PEKIN 2015. La présentation de la peintre ELLHËA a connu un grand succès en Chine, lors des Rencontres artistiques « Styles et Tendances dans l'art international PEKIN 2015 ». Le style , la démarche artistique, que déploie cette artiste ont pu être expliquées au travers d'œuvres sélectionnées. L'esthétique picturale aboutie d'ELLHËA a été mise en évidence, au travers d’œuvres marines, ainsi que d'une œuvre paysagiste. Unanimement un charme inouï a été ressenti, se dégageant du style de cette artiste, une sensibilité à fleur de palette, un pinceau qui tient au bout du coeur, la peinture d'ELLHËA reste un ravissement pour les yeux mais aussi pour l'esprit. Le Jury international n'a pas résisté au charme de cette peinture, qui a permis à la talentueuses peintre d'obtenir la Médaille d'Or internationale des arts de PEKIN 2015.

Style. Une agréable étonnement lors de la présentation de « Course Marine », cette huile sur toile (80x60cm), qui a permis de positionner dès les premiers instants de la présentation, l'artiste française, dans le contexte de l'impressionnisme. Un stylistique qu'elle maîtrise très bien . L'impressionnisme d'Ellhëa reste particulier ; il conjugue sous ses doigts un travail sur la lumière, sur l'espace, sur la densité des pigments, sur l'épaisseur et la régularité des touches. Une œuvre dualiste qui sait proposer une expression assimilant pointillisme et un impressionnisme personnel. L'artiste avec « Course Marine » éveille chez le spectateur une plénitude de ressentis. La sensation de l'immensité marine sous un ciel infini, des nuages molletonnés, une mer en vagues souples, grâce à une technique de touches savamment posées, qui font de cette marine une réussite absolue dans la muséologie de l'artiste. La peintre ELLHËA, parcoure avec brio le chemin d'un post-impressionnisme, avec une conviction d'être sur une voie inachevée, dans un une démarche qui n'a pas encore tout dit. L'oeuvre « Course Marine », nous le démontre lorsqu' Ellhëa peint le mouvement de ces voiliers entre ciel et mer. Elle y apporte un traitement par des couleurs renforcées, sa modalité d'application de la peinture donne une sensation de volumétrie et de profondeur, un champ amplement ouvert dans l'espace, un aspect grandiose aux éléments. Avec sa toile « Ecumes et Embruns » acrylique sur toile 76 par 60 cm. La peintre Ellhëa, tout en conservant le sujet maritime, des régates, laisse apparaître l'autre limite de l'impressionnisme qui est une frontière de l'abstraction. Avec ses deux œuvres, « Course Marine » et « Ecumes et Embruns », Ellhëa a su baliser le territoire de l'impressionnisme entre ces deux piliers fondamentaux : D'un côté, « Course Marine » déploie une figuration en ressentis, avec un jeu sur le visible, des touches chargées, qui fractionnent la lumière des pigments, qui créent une dissociation en lueurs éclatées en petits à-plats. On y voit son pointillisme modernisé contemporain, qui prend prétexte de la diffraction de la lumière, pour créer une animation, sans hésiter à côtoyer une forme atténuée de fauvisme, puissant sinon violent, hors des conventions de couleurs. Ainsi cette « Course Marine » apparaît comme une œuvre majeure qui fusionne un ensemble de recherches impressionnistes en un seul tableau. D'un autre côté, à l'autre versant extrême de l'impressionnisme, avec « Ecumes et Embruns », Ellhëa vient nous dire la limite ultime du « voir » avant l'abstraction. Un sens aigu de l'œuvre-d'art bien composée, conduit Ellhëa à une géométrisation, lorsque les voiles deviennent éléments de figures triangulées, supports de tracé en obliques, de barre de jaune de la bande de sable sur le rivage. C'est ainsi que l'on a pu apprécier cette présentation qui a illustrer les limites de de l'impressionnisme. De sa formulation la plus proche du figuratif elles vont jusqu'à celles les plus proche de l'abstraction. Avec la toile « Bambous et Cascades », une acrylique sur toile (80x60 cm), c'est à la fois la vie et la paix qui se retrouvent dans cette cascade, dans cette œuvre pleine de fraîcheur de vie, et d'harmonies. Une poétique. L'auditoire chinois, a compris la portée de quiétude de cette œuvre . Laquelle a suscité un engouement légitime beaucoup, et n'a pas laissé insensible les artistes chinois présents. On retrouve en effet beaucoup de l'Asie dans cette œuvre, cette association des bambous et de la cascade, est apparue pour les chinois, comme une association de la vie, par l'eau et en même temps de la fragilité de la vie par les bambous. Une émanation de calme spiritualité qui se dégage de cette œuvre, dont les couleurs parfois diaphanes, au-delà de l'auditoire ont séduit le Jury international. « Bambous et Cascades » marquent bien cette ouverture de l'artiste Ellhëa sur le monde de l'Asie, et comme un complément de ses aspirations impressionnistes, on se rend compte ici de l'immense sensibilité qui guide son travail pictural. Une aptitude de cette peintre aux ressentis esthétiques les plus subtils a été au-delà des frontières, au plan international.

Tendances artistiques internationales Pékin 2015. L'impressionnisme possède des racines très anciennes dans l'art. En Chine, dès le XIIe siècle, certains peintres anciens chinois, ont compris que pour aborder la vérité du paysage dans l'expression picturale, il peindre au-delà de la figuration académique, pour s'exprimer avec son cœur, avec son émotion, pour faire passer un souffle dans l'œuvre et atteindre l'authenticité profonde du motif. Le « Chi », c'est aussi ce qui permet d'aller plus loin que l'image réaliste pour donner à l'oeuvre-d'art une atmosphère transcendante du paysage. En se libérant des contraintes du figuratif stricto-sensu, Ellhëa a intégré cela dans sa peinture. Une tendance constante dans l'art se maintient et se développe aujourd'hui, visant à atteindre « en sensibilité » la vérité du paysage, pour aller plus loin qu'une « peinture-réalité » fidèle au modèle. L'impressionnisme dès ses débuts à mis en modernité les principes d'une peinture qui sort de l'intérieur de l'artiste, le visible n'étant qu'un prétexte. Le peintre contemporain, face à l'apparent motif, peut devenir un filtre de ressentis, pour transmettre un autre essentiel sur la toile.© EDMC Janvier 2016.

■ ELLHËA, artiste-peintre, style impressionnisme contemporain. Prix international des arts de Chine 2014

 » PEKIN 2014. La peintre ELLHËA propose un style aux caractéristiques impressionnistes, modernisées et mise dans le contexte d’une vision plus éthérée, le motif est allégé du trop figuratif, avec parfois dans certaines œuvres, des échos d’abstraction. Si l’artiste apprécie l’héritage culturel des grands maîtres de l’impressionnisme, elle a su aller sur d’autres registres que l’art contemporain et son amour de la peinture ont pu lui suggérer. Dans les œuvres les plus émergentes de son style, on remarque sa signature dans un nouvel impressionnisme actuel, qui évoque une forte poésie intuitive, parfaitement inhérente chez ELLHËA, à son acte de peindre.

Style. ELLHËA avec son « Jardin Anglais » huile (55x46cm), propose une démarche d’un impressionnisme différent, qui sait inclure une connotation poétique et lyrique, tout en y conjuguant l’écho d’un pointillisme de synthèse. Une œuvre où l’artiste sait construire le motif en plusieurs plans, qui deviennent prétexte à une intervention paysagiste sur la toile. Elle construit des espaces colorés étagés comme autant de perspectives d’éloignement. La nature domine l’œuvre et la verdure crée un florilège de verts en une palette diversifiée dans cette tonalité. Un personnage à l’allure diaphane s’inscrit en silhouette dans ce  » Jardin Anglais « , donnant une allure énigmatique mais également translucide et légère.  On ressent là une interprétation impressionniste de jardin très réussie et novatrice, différente de toutes autres références de jardins impressionnistes. ELLHËA, maîtrise la délicatesse, et garde en réserve la lumière dans son œuvre comme on le ressentirait d’une superbe aquarelle. Cette application picturale toute en finesse et légèreté sur l’œuvre, lui donne une immatérialité, qui élève le tableau vers le beau, vers une sorte d’absolu de sensations impressionnistes contemporaines. C’est cet apport de l’artiste qui joue si finement sur la lumière, sur les contrastes, qui entraîne le spectateur en des ressentis premiers, provenant à la fois du visuel conscient face au tableau, mais aussi de tout ce que l’inconscient cherchera à découvrir dans ces « non-dits  » sous-jacents dans les nuances de l’œuvre. Un questionnement sur le mystère de l’art, lorsque le message esquissé n’appartient plus au peintre, pour devenir l’interrogation du spectateur, du public. C’est ce que dégage tout le  » surnaturel  » de cette œuvre, avec une force d’énergie, la présence d’un véritable rayonnement d’auras multiples qui circulent dans le « Jardin Anglais  » d’ELLHËA. Une œuvre pertinente de haut niveau dans la muséologie de l’artiste. Le style impressionniste très original de l’artiste se confirme encore avec le « Jardin Majorelle » acrylique (92x73cm) avec ces sensations qui viennent sous le regard, tout le charme exotique de cette interprétation si harmonieuse de beauté. Son immatérialité nous transporte en une véritable spiritualité inconnue. Le motif simplifié semble s’être élagué, épuré, pour ne laisser flotter en contact avec la lumière et le soleil, que l’essence même de ce « Jardin Majorelle ». Une œuvre là encore majeure, qui montre les capacités d’ELLHËA aux répartitions des volumes, à la synthèse esthétique, pour aller par sa palette chercher l’essentiel coloré, qu’elle pose en dominante de tout graphisme.  ELLHËA par son style, avec « Voiles et Couleurs » Acrylique (81 x65cm), montre la gestualité opportune et spontanée que l’artiste peut faire, la voile devenant quasi-ambivalente du geste. Un acte de peindre en force d’abstraction, pour nous donner une image lisible impressionniste, importée de techniques gestuelles éprouvées de l’abstrait. La couleur joue un rôle primordial chez ELLHËA, qui maîtrise la gamme chromatique et ses nuances pour leur faire dire une alchimie de signes et d’intensités simplifiées. Son talent triomphe par l’obtention d’un résultat encore plus pur, pourtant matériel et immatériel, se fixant dans la vie et dans le cœur. Elle a su pour nous, transcrire une vérité initiale de la peinture.

tendances 2014 . La peintre ELLHËA, porte avec son style une nouvelle forme d’ impressionnisme pluriel, qui sait faire la synthèse, après les recherches les plus abouties du pointillisme, de l’impressionnisme abstrait, de la figuration poétique et lyrique. L’œuvre d’ELLHËA, souligne la tendance de la peinture contemporaine à utiliser de manière systémique les modalités théoriques d’approche du peindre des différents grands courants artistiques. Ceci, tout comme leurs techniques d’expression,  afin de mieux faire partager aux spectateurs des ressentis encore plus profonds. ELLHËA, réussit avec son style à faire de l’acte de peindre, un langage pictural toujours enrichi de nouveauté, de recherches, une expression artistique toujours ainsi renouvelée. »

Publication M. ANTOLINI Antoine CENTRE ART C.R.A.C.P

styles et tendances chine 2014 ellhea prix international

RETOUR  ACCUEIL